Cercle de Dialogue

Un Cercle de Dialogue n’est pas un espace de conversations ou de discussions. C’est un espace d’ouverture et d’expression qui permet une transformation individuelle et collective.

Quelles Modalités ?

S’installer en cercle et poser un cadre :

1.     Au Centre du cercle mettre un symbole, un objet (fruit, fleurs, bol…)

Le centre symbolique peut être fait de :

  •  La raison d’être de l’équipe et de toute l’organisation
  • Le meilleur potentiel de l’équipe en cercle, ou de son entreprise

Et on y invite par la pensée, des parties prenantes et les générations futures, par exemple.

2.     Choisir le moment juste pour s’exprimer,  en parlant de soi et son vécu, son expérience. 

3.     Éviter les réponses en duo, et opposer arguments et contre arguments.

4.     Parler à son rythme, sans être interrompu et indiquer aux autres qu’on a terminé par la formule « C’est dit » ou un geste défini à l’avance avec tous.

QUEL RÔLE DE FACILITATION ?

En tant que facilitatrice, mon rôle est de créer les conditions pour que les membres du Cercle de Dialogue puissent se relier à leur intériorité, écouter et interagir en profondeur pour faire émerger le sens et la transformation des difficultés. Dans les cercles que je facilite je propose aussi un temps de 3 respirations conscientes collectives (au moyen de 3 sons) afin de « redéposer sa réactivité » et revenir à l’instant présent, lorsque des interventions chargées d’émotions ont lieux.

Ce silence pour revenir à soi et respirer permet aussi de relativiser les paroles entendues et garder une ouverture empathique. Les cercles de dialogue invitent à communiquer à partir d’une intention (ou réponse) profonde plutôt qu’à partir de réactions en surface. Ils demandent une écoute profonde afin que le groupe puisse maintenir l’espace pour les différences. Condition nécessaire pour qu’un cercle soit fructueux de transformations.

Dans le cadre des formations aux Cercles de Dialogues que j’anime, je m’inspire de l’approche moderne du Dialogue en intelligence collective de David Bohm, et de la Théorie U d’Otto Scharmer que je pratique depuis 15 ans. Pour eux, notre état intérieur conditionne la qualité de notre relation au monde et de ce que nous apportons au monde. Il s’agit de reconnecter cet espace de calme intérieur, de pleine présence à soi, aux autres, à la nature, à ce qui nous entoure. Donner plus de force à nos intuitions, à nos intentions, pour mieux éclairer le sens de nos décisions et nos actions.

Les outils génératifs tels que la cartographie 3D et le codéveloppement (décrits dans mon article précédent) complètent à merveille ces cercles de dialogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.