éco-leadership : imiter la nature ne suffit pas, sachons aussi la régénérer

Anna Matard Change catalyst & consultante en éco-leadership AMACYTE

Deux mouvements actuellement m’interpellent.

Celui du Biomimétisme en entreprises – s’inspirer du Vivant pour innover- et celui des jeunes, de la société civile mondiale, qui s’expriment haut et fort pour préserver la planète. En quoi sont-ils liés, voire complémentaires ?

1.      Le Biomimétisme en entreprises

Les entreprises, grands groupes, start up, collectivités, universités et centres de recherche sortent aujourd’hui des silos et entrent dans l’ère de la coopération transversale et l’open innovation. A AMACYTE c’est notre rôle d’accompagner cette émergence.Ouvrir les possibles et les futurs.Impulser un collectif au service du renouveau de l’organisation.

Grâce en 10 ans à la pénétration du biomimétisme dans les services de R&D et Lab d’innovations des entreprises de toutes tailles, grâce au développement de start up bio-inspirées dont les prototypes arrivent sur le marché, aux éco-architectes, urbanistes, aux collectivités territoriales pionnières en biomimétisme, comme la Région Nouvelle AQUITAINE…. on évolue petit à petit d’un modèle économique qui réduit la Nature à une simple marchandise à celui d’une copie des ingéniosités de la Nature.

Les approches bio-inspirées aident les entreprises à économiser l’énergie, produire moins de déchets, allier croissance et biodiversité. Par exemple :

–         Trouver la meilleure implantation des bâtiments d’un quartier, en modélisant les plantes, afin que tous bénéficient de l’éclairage du jour (IN SITU)

–       Imiter la structure des nageoires des baleines à bosse pour créer de nouvelles pâles d’éoliennes avec 20% de rendement énergétique en plus (WHALE POWER )

–         Concevoir des matériaux bio-inspirés comme les nouvelles briques inspirées du corail (bioMASON) ou en recyclant les écailles de poisson (Scale)

Regardez ce qui se fait dans le désert en architecture bio-inspirée (MAGNIFIQUE Ted x sous-titré en français)

Le pas suivant, quel serait-il ? Cela pourrait être de parvenir à une éthique. En effet, les pionniers du Biomimétisme nous mettent en garde. Leur tribune[i] nous rappelle de prendre et modéliser le meilleur de la nature et de ne pas omettre de lui redonner en retour.

Pour que copier la nature ne soit pas seulement dans l’intérêt des humains, mais de l’ensemble du vivant.

Ils nous invitent à passer d’un capitalisme non seulement durable en s’inspirant des 3.8 milliards d’années de sagesse du Vivant à une économie dite régénérative.

2. Le deuxième mouvement 

qui m’interpelle est ce mouvement de la société civile internationale des millénials[i], et de la génération Y où les jeunes se mobilisent de plus en plus.

Non seulement l’emblématique Greta Thunberg (16 ans), mais aussi aux quatre coins du globe de jeunes, voire très jeunes comme ISABEL et MELATI à Bali (engagée à 10 /12 ans fondatrices de BBPB) qui réussissent en 5 ans à faire interdire le sac plastique sur leur île www.byebyeplasticbags.org Puis diffusent par exemplarité leurs pratiques vertueuses aux communautés du monde entier et les inspirent.

Leurs mouvements nous aident surtout à dire STOP. A arrêter.

3.Et si l’arrêt, façonnait le 1er pallier de l’innovation régénératrice ?

Avez-vous déjà observé, après une randonnée où votre gourde était vide depuis un certain temps, comme vous étiez heureux de retrouver l’eau et de la boire ? Peut-être l’avez vous bue alors, avec plus de lenteur et de conscience ? Comme pour savourer chaque gorgée. Ou bien avez-vous déjà fait l’expérience de jeûner, ou encore d’éteindre votre Smartphone ou votre jeux favori durant un temps suffisamment long ?

Le manque ou l’arrêt conscient offre un temps de respiration, un temps de pause, un temps de réinitialisation. Le cycle répétitif est interrompu et comme dans la nature, des saisons peuvent en émerger. Il n’y a pas de nouveau printemps sans le repos et la plongée dans les racines de l’hiver.

Au niveau macro, nous pourrions aussi chaque année :

-Arrêter d’utiliser 1.7 planète de ressources pour notre développement. – Arrêter de jeter inconsciemment en France, 20 à 30 milliards de mégots. – Arrêter de consommer 4 milliards de gobelets plastiques et 8 milliards de bouteilles plastiques en France, qui se transforment ensuite en micro-plastiques dont nous ingérons individuellement 5 grammes par semaine (l’équivalent d’une carte bancaire).

Les langages de nos jeunes sont parfois extrémistes, voire choquants (“J’ai arrêté totalement de manger viandes et poissons du jour au lendemain”, “mon mari et moi ne voulons pas faire d’enfant dans ce monde”, “la terre va continuer de vivre mais l’humanité en tant qu’espèce va s’effondrer” …) cependant ils ont pour fonction positive de faire entendre l’URGENCE d’agir dans un monde adulte qui leur paraît SOURD.

Et je dois dire que moi, à 57 ans, je suis heureuse de ce relai, même si je n’adhère pas totalement à leur propos, ni leur vision. J’aime les entendre porter ce message par leurs choix de vie et leurs engagements. Et j’ai cru comprendre que je ne suis pas la seule de ma génération. Alors merci aux jeunes et à leur formidable engagement. Ils nous réveillent, nous secouent, voire nous éveillent.

Dans un prochain article je partagerai comment ” Prendre un temps d’arrêt et savoir dire stop à nos activités frénétiques pour nous pauser et nous régénérer devient vital pour la clarté de nos décisions dans le leadership de sens.”

Merci de votre lecture. A bientôt.

[i] Millenials jeunes nés entre 1980 et 2000 dite génération Y, première génération née avec l’intérêt du grand public pour l’écologie. La génération Z commençant en 2001.


[i] Janine Benyus donnait comme définition en 1997 au Biomimétisme : « …démarche d’innovation, qui fait appel au transfert et à l’adaptation des principes et stratégies élaborés par les organismes vivants et les écosystèmes, afin de produire des biens et des services de manière durable, et rendre les sociétés humaines compatibles avec la biosphère… ». 


[i] Tribune co-écrite par Pikaia, institut des futurs souhaitables, CEEBIOS, NewCorp Conseil et Big Bang Project « Pour un biomimétisme au service de la Vie » 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *